Bonjour bonjour!! Alors, cette semaine raccourcie s'est bien passée?

Le retour des beaux jours, riment pour le Chéri et moi avec balades dans les rues de Paris et au détour d'une rue, d'un bon goûter #gourmandeunjour

C'est donc en décidant d'aller voir le printemps s'épanouir au Jardin des Plantes que nous avons chercher un endroit où se reposer et déguster un bon gâteau avec un thé. Après un petit tour sur le web, l'adresse a été trouvé: L'enclos de Ninon.



Et bien se fut une agréable découverte, faite surtout d'hésitations: entre les différentes patisseries proposées, la variété de boissons chaudes ou froides, et le fait de reprendre ou non une nouvelle part.
Parce qu'en plus de proposer une déco d'ambiance scandinave chaleureuse, c'est HYPER BON!

A peine à quelques mètres de la Place Monge et de la Rue Mouffetard, on profite agréablement de la terrasse, au calme malgré la proximité de ces endroits de vie (et de nuit). Le propriétaire du salon de thé, friand de littérature, a choisi d'appeler son salon L'enclos de Ninon, en hommage à Ninon de lenclos, qui a quelques adresses de là, recevait les esprits littéraires et éclairés de son temps dans ses salons littéraires. 

Et c'est la charmante équipe qui nous recevait en ce dimanche après-midi qui nous a volontiers transmis cette anecdote, tout en prenant gentiment notre commande et très patients face à nos hésitations. 



Carrot cakes, layer cakes, cakes, muffins, matcha cake roulés et patisseries plus traditionnelles.... trop de bonnes choses nous ont fait salivés, et sur recommandation je me suis arrêtée le Carrot Cake tandis que Monsieur opté pour la cake Pistache-Framboise. Alors que je n'ai pas tendance à partager ma nourriture mes desserts (#alexpaspartagersonmanger #joeyforever), j'ai volontiers partager tellement le cake me faisait aussi envie!

Pour nous rafraîchir, plutôt que d'opter pour un thé nous sommes partis sur un thé glacé maison, ce jour là à la franmboise et à l'amande, un régal très désaltérant.




Une fois repus, nous avons pu voir qu'ils proposent également un brunch, au prix qui nous a semblé plutôt raisonnable et qui nous a donné envie de revenir pour l'essayer.
Avant de partir pour finir la promenade en bouquinant dans le jardin des Plantes et ses milles odeurs de printemps, nous avons emporté une bouteille de Jus de Pomme-Menthe du Coq Toqué. Pas donné, mais tellement bon!

Vous aurez donc compris que si vous venez dans le quartier, et d'ailleurs même si vous n'y êtes pas, l'enclos de Ninon vaut très largement le détour pour le goûter.

L'enclos de Ninon, 68 Rue du Cardinal Lemoine, 75005 PARIS

***

Et vous, avez-vous de bonnes adresses de salons de thé à nous faire découvrir? Quel est votre préféré, où que vous soyez?

Très bon weekend à vous 😉


Bonjour à vous! J'espère que vous allez bien?




Le mois de Mai est arrivé, et on est beaucoup a apprécié les nombreux jours fériés qui le parsème, entre weekend de détente, entre amis, en escapades ou en famille. Et les voyagess ou les instants de relax sont toujours la bonne occasion de découvrir de nouveaux sons ou de rythmer ses trajets.
Voici donc la traditionnelle playlist du mois, et je vous avoue avoir eu quelques difficultés à trouver les morceaux qui la composent, car je n'ai pas eu de coups de coeur ou eu vent de nouveautés rafraichissantes. Une playlist donc variée et qui sont plutôt de bon ton pour passer de bons moments!




Et vous, avez-vous de belles découvertes à nous faire partager? Qu'est ce que vous avez prévu pour le mois de Mai ?

Très bonne semaine à vous 😎




Bonjour vous! J'espère que vous allez bien?
Comme vous l'aurez compris avec le titre de l'article, je ne vous parle pas aujourd'hui de bouquins, de thé, de déco ou de beauté. Parfois la "vraie" vie aussi on doit en parler, et je voulais passer un petit message aujourd'hui.







A part si vous avez vécu dans une yourte au fin fond de la sibérie sans aucun média, les élections ne vous ont pas échappé. Et comme à chaque fois, à quelques jours de l'élection fatidique on est dans l'overdose, on sait pas pour qui voter, et on est presque pressé que ça soit terminé. Trop de petites phrases, trop de bonnes ou moins bonnes idées, des hommes et des femmes auxquels on croit ou pas.

Aujourd'hui je n'ai pas envie de vous dire pour qui voter, ou vers où aller une fois dans l'isoloir, mais seulement d'y aller, VOTER.

Pas parce qu'il faut faire, pas seulement parce que c'est un devoir citoyen, mais surtout pour vous. On se dit parfois, "qu'est ce que ma petite voix peut bien changer?". Réponse: tout. Parce qu'on est parfois à quelques voix de l'horreur ou de l'inquiétude, quelques voix de faire passer un message, quelques voix que ça puisse changer. Votre voix, c'est le moyen de faire changer les choses dans le sens que vous vous le souhaitez.

Voter les 23 Avril et 6 Mai, c'est vous donner la possibilité de voir les choses changer ou pas, mais en tout cas vous aurez levé le bras pour dire, "je suis là, j'existe, et voilà ce que je veux pour mon pays, ma famille, pour moi".


Allez, stp, va voter :)

Très bon weekend, et éteignez les chaînes d'info, 
on en a eu largement assez :)

Bonjour vous! Alors cette semaine raccourcie,se passe bien?
De retour après un moment avec un article ciné, et je passe après l'orage puisque ça y est, j'ai enfin vu les Animaux Fantastiques (c'est pas trop tôt #potterheadencarton)


source

J'avais eu envie d'aller le voir au cinéma, pas forcément à la base pour l'histoire mais surtout pour replonger un peu dans l'univers de J.K. Rowling, qui me manquait tant.

J'avoue être un peu passé à côté du livre (#shameonmebis), que j'avais pourtant acheté à sa sortie. Je ne l'avais lu qu'une fois, et n'en avait gardé que très peu de souvenirs après toutes ces années. Mon édition s'étant égaré entre les déménagements de mes parents et les miens, je n'ai pu remettre la main dessus et m'y replongé avant de (enfin) voir le film. Qu'à cela ne tienne, ce n'a pas empêché d'adhérer et de beaucoup aimer le film!


 Synopsis 

New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d'être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du "Moldu") déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable. 

Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau ( on va l'appeler en version original parce  que c'est trop bizarre commme traduction) Newt Scamander débarque à New York au terme d'un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s'agit d'une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l'ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d'enquêtrice. Et la situation s'aggrave encore lorsque Percival Graves, énigmatique directeur de la Sécurité du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d'Amérique), se met à soupçonner Norbert… et Tina. 
Newt, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu'il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s'apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers. (source allociné.fr)


 Mon avis 
Comme je vous le disais, je n'avais plus vraiment l'histoire en tête,et pour ne pas me gâcher la redécouverte (et parce que je m'en suis pas vraiment préoccupée faut le dire), je suis partie sans a-priori mais le voeu pieux de retrouver mon univers préféré. 
La première partie du film est dédiée à la découverte de Norbert et du New York où il débarque, pour que nous puissions plonger dans cet univers qui, même si issue de l'univers Harry Potter, ne nous est plus si familier. L'histoire se passe à New York, aux Etats Unis d'Amérique, et il m'a fallu faire le premier deuil de dire aurevoir à la perfide Albion (l'Angleterre quoi). Ensuite nous ne sommes contemporains de l'histoire mais transposer à la veille des années 30 et dans l'époque. Deuxième bouleversement. 

Passés ma surprise et un premier désappointement, je me suis rapide habituée et replonger dans le monde magique qui m'est cher, et j'ai été ravie et émerveillée de découvrir la valise et toutes les créatures qu'a pu collectionner Newt Scamander ( je me répète mais la traduction de son nom est quand même à c***). J'ai éprouvé de l'affection pour lui, pour Jacob et pour Queenie, et cependant pas pour Tina. Son interprétation m'a laissé indifférente, et j'ai préféré rester concentrée sur le reste. 
J'ai beaucoup aimé relever les rapprochements et les liens avec Harry Potter, et découvrir une sorte de préquel au monde que nous connaissons. Par contre je ne me suis pas absolument pas faite au mot No-Maj, c'est des moldus quel que soit le pays!

Bien que ce film et ceux qui suivront ( car il devrait y en avoir apparemment encore deux, voir quatre!) ne nous replonge pas dans l'univers Harry Potter en lui-même, j'ai apprécié retrouvé l'univers magique en général et j'ai passé un merveilleux moment. Même le chéri a tout de suite accroché, je crois que j'arrive à en faire un potterhead! (amateur quand même).

***

 Et vous l'avez-vous vu ? Avez-vous accroché et aimé, ou au contraire, détester? 

 Dites-moi tout !! Et très bonne fin de semaine à vous 😉   



Bonjour vous! J'espère que vous allez bien?! De retour cette semaine avec une nouvelle édition du Reading Club! Quand bien même je manques d'inspiration, je poursuis assidûment mes moments lectures, dont je ressors avec l'envie de vous en parler.

Cette semaine, je vous parle d'un gros pavé de Jim Fergus qui m'a laissé indifférente, un polar d'Harlan Coben comme on les aime, et un essai de Sylvain Tesson, qui m'a fait voyagé, aussi bien dans les paysages que dans mes pensées (elle est mignonne la cocotte, ça fait partie du but d'un essai...)




Marie-Blanche, Jim Fergus

 Ce que nous dit la 4e de couverture 
"Lake Forrest, Illinois. A 96 ans, la vieille dame à laquelle Jim Fergus rend visite à l'air bien inoffensive...Renée de Fontarce McCormick, sa grand-mère, est pourtant une femme de tête, au caractère entier, qui a connu un destin hors du commun. De son aristocratique France natale aux rives du Nouveau Monde en passant par les sables d'Egypte, Jim Fergus retrace son parcours et voit petit à petit apparaître le visage de sa propre mère, Marie-Banche. Pour essayer de comprendre; pour, peut-être renouer avec les femmes de sa vie."

 Mon avis 
Aheum. Clairement pour m'attaquer à un pavé de plus de 700 pages, j'aurai bien volontiers préféré entamer le Tome 2 d'Outlander. 
Jim Fergus retrace en effet l'histoire de sa grand-mère, de son enfance et à travers plusieurs étapes de sa vie, qu'il entrecoupe de passages sur la jeunesse puis les dernières années de sa mère. Pour parler d'abord des bons points (enfin ça pourrait), Jim Fergus nous fait traverser avec le temps et nous fait découvrir dans le détail et assez finement les us et coutumes, les moeurs et les destins d'une famille aristocratique au travers de la campagne française, toujours désireuse de ne pas dénoter dans les beaux cercles et de rester maître de leur domaine. Ce vecteur de l'histoire est bien orchestré et on part pour le domaine familiale de Renée, puis pour l'Egypte, ses riads (je suis pas sur qu'on dise ça pour l'Egypte...) et son désert envoûtant.Voilà j'ai fini pour les bons points.
Bien sûr toujours à mon avis, mais j'ai été très déçu par ce livre. Jim Fergus dépeint sa grand-mère et son caractère de cochon, auquel on n'adhère pas et auquel on ne peut accorder que le mérite d'avoir toujours suivi sa propre voix et ses envies. Et lire l'histoire d'un personnage qu'on n'aime pas et qu'on ne comprend pas, je vous promets que c'est pas facile. 
En parallèle, on suit aussi la jeunesse de sa mère, Marie-Blanche, qui grandit et évolue dans l'ombre de la grandeur hautaine et désagréable de sa propre mère Renée. On suit la descente, dès l'adolescence, de Marie-Blanche dans l'alcool, dont l'abstinence sera toujours un objectif inatteignable et qui la pousse du haut de la balustrade alors que Jim est encore jeune. Même si grandir dans l'ombre du personnage déroulé par Jim, a forcément jouer dans ses névroses, je ne suis pas parvenue à m'attacher non plus à ce personnage, sans caractère, sans envie, sans tempérament.
Dès les 100 premières pages je n'ai pas accroché, et pourtant j'avais envie de voir où l'auteur voulait en venir, ce que je me suis dit jusqu'à la fin. Je n'ai pu accrocher ni aux personnages, ni à leurs histoires, et je n'ai pas compris pourquoi appeler le livre Marie-Blanche, alors qu'elle ne fait que de la figuration dans ce récit. Je pense bien être dure avec ce livre et ces personnages qui ont réellement existé, mais la déception m'y pousse.

*

Tu me manques, Harlan Coben

 Ce que dit la 4e de couverture 
"Kat Donavan est flic à New York. Comme père, comme son grand-père avant elle, presque comme une malédiction familiale. Kat est jeune, plutôt mignonne, mais célibataire. Alors, quand la renversante Stacy, sa meilleure amie, l’inscrit sur un site e rencontres, Kat cède, se connecte, surfe... et tombe soudain sur un mot juste après le meurtre de son père, il y a dix-huit ans. Après un premier contact froid, étrange, le doute s'installe. Qui est-il vraiment? Au même moment, un adolescent vient lui faire des révélations troublantes. Des révélations qui télescopent les apparences, ébranlent les certitudes et font resurgir un effroyable passé..."

 Mon avis 
Indéniablement Harlan Coben maîtrise son schéma narratif et les ficelles de ses romans. Ceux qui auront lu plusieurs Harlan Coben comprendront ma difficulté à donner un avis critique et littéraire sur ce libre. En résumé, ce nouveau polar répond au standard que Harlan Coben a créé et dans lesquels il excelle. Il répond exactement à ce que j'avais envie: une intrigue à suivre, qu'on lit avec plaisir et qu'on oublie assez vite. A force de connaître son oeuvre, j'ai réussi trouver le dénouement, et comme d'habitude, il nous réserve toujours un point final auquel on aurait pas penser et qui fait plaisir (parce que tout savoir avant la dernière partie d'un polar, ça frustre quand même).

*

Dans les forêts de Sibérie, Sylain Tesson

 Ce que dit la 4e de couverture 
" Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. J e me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les fôrets de Sibérie. J'ai acquis une isba de bois, loint de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché de vivre dans la lenteur et la simplicité. Je croix y être parvenu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverture sur un lac suffisent à l'existence. Et si la liberté consistait à posséder le temps? Et si la richesse revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence - toutes choses dont manqueront les générations futures? Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu."

 Mon avis 
Il y avait un moment que je voulais le lire, et après avoir pris le temps de l'amadouer de loin, je m'y suis plongée avec grand plaisir. Sylvain Tesson nous raconte son quotidien au milieu de la nature sauvage de la lointaine Russie, de sa violence et de sa beauté, et de sa réflexion et son besoin de retour à la simplicité. A la contemplation, à la frugalité, à l'effort naturel, les quelques mois que l'auteur nous raconte nous immerge dans les longues heures de sa retraite au bord d'un lac,à la recherche de l'essentiel. Lassé d'aller toujours plus loin, plus vite, sans profiter de ses moments et de ce qu'il possède, il se déleste de tout pour s'enrichir de ce qui s'offre à lui et se mérite. 
J'ai pris grand plaisir à m'immerger dans ses journées et d'attendre avec lui l'heure dorée. J'en suis ressortie avec la folle envie de faire la même chose. Ne peut-on pas tous s'octroyer quelques heures, quelques jours pour redécouvrir la Nature, et sa nature?

***

Et vous, quels ont été vos dernières lectures ? Des livres vous ont-ils déçus, ou bien au contraire fascinés et bouleversés?

Très bonne semaine à vous 😊





Bonjour vous! J'espère que vous allez bien? Ah le printemps, il semble décidément s'installer et je suis ravie que le soleil et la douceur reviennent, pas vous?

Et l'une des bonnes choses avec le Printemps, c'est la multitude de légumes colorés et savoureux qui reviennent et vont revenir, et le retour d'un de mes plats favoris, les salades composées.

J'avais envie de tester le fenouil en cru et de fraîcheur pour célébrer le retour des beaux jours. Un petit tour par Pinterest, et j'ai eu un tel coup de coeur pour cette recette  de Fenouil, pomme et thon. 
Je dis recette, mais c'est une idée repas très simple et rapide à faire. Ce fut une telle révélation que j'avais très envie de la partager avec vous, et ne pas garder pour moi cette délicieuse salade légère et savoureuse 😋


Salade Fenouil, pommes, thon pour 2 personnes

- 2 petits bulbes de fenouil
- 1 pomme
- 1 boîte de thon au naturel de 140g
- 1 avocat
- huile d'olive
- vinaigre de pomme
- moutarde à l'ancienne
- sel, poivre, ciboulette ou herbe aromatique de votre choix (la coriandre c'est top aussi)

Enlever les parties abîmées du fenouil - Le couper dans la hauteur, enlever la partie trop dure et émincer très finement (ou le râper avec la grille à gros trous) - Eplucher la pomme et la couper en fins bâtonnets - Egoutter le plus possible le thon - Couper un avocat mur en tranches - Mélanger le tout dans un saladier - Préparer une vinaigrette avec l'assaisonnement - Verser sur le mélange de fenouil/pommes/thon/avocat, mélanger - Se régaler !

Aussi simple que cela, mais tellement bon! Si vous testez, passez me dire si ça vous a plu aussi 😉
J'avoue qu'en quantité, ce serait plus pour un repas du soir, mais pour une lunchbox, n'hésitez pas à rajouter un féculent; entre les pâtes complètes,le riz ou pourquoi pas du sarrazin!

C'est une première recette de printemps, et j'ai très envie de découvrir de nouvelles recettes et les tester, comme je l'avais noter dans mes envies pour cette année. Stay tuned pour les meilleures qui en ressortiront.

***

Et vous, avez-vous renouer avec des recettes de cette belle saison? Quelle est votre préférée??

Très bon weekend à vous, portez-vous bien 😊